Montana medical marijuana cultivator Chris Williams to be sentenced friday by a federal Court

0

image ganja Club

Montana medical marijuana cultivator Chris Williams to be sentenced friday by a federal Court

img.thumb { border:0; width: 50px; max-height: 300px;}ASA : Montana Medical Marijuana Cultivator Chris Williams to be Sentenced Friday in Federal Court body { padding-bottom: 40px; } window.jQuery || document.write(‘ .st_googleplus_large .stLarge { background-image: url(‘custom/2013/img/gplus32.png’) !important; height: 38px !important;width: 38px !important;}.st_googleplus_large .stLarge:hover { background-position: 0;} About Legal The Science Advocacy Campaigns Press Join For Immediate Release: January 31st, 2013
Montana Medical Marijuana Cultivator Chris Williams to be Sentenced Friday in Federal Court

Advocates travel 3,300 miles to support Williams, protest federal attacks on medical Marijuana
Missoula, MT — Montana medical marijuana cultivator Chris Williams is scheduled to be sentenced Friday in what has become a widely publicized case, illustrating the Obama Administration’s aggressive federal enforcement policies in medical marijuana states. Supporters of Williams organized a 3,300-mile bus caravan, called "Journey for Justice," which started out in Los Angeles, picking up people in San Francisco and Portland, and is expected to arrive in Missoula today. Williams, convicted of 8 felonies in a September trial, was facing more than 80 years of mandatory minimums before being offered a rare post-trial plea deal in exchange for his promise not to appeal his conviction. Williams is now facing 5 years to life in federal prison.

What: Sentencing hearing for Montana cultivator Chris Williams
When: Friday, February 1st at 10am
Where: Russell Smith Federal Courthouse, 201 E. Broadway, Missoula, before Judge Dana L. Christensen

Williams was arrested with numerous others after aggressive SWAT-style raids conducted by the Drug Enforcement Administration (DEA) in March 2011. On a single day, the DEA executed 26 separate search warrants across Montana, which not only represented a reversal of the Obama Administration’s policy on medical marijuana, but was also a thinly-veiled attempt to undermine state legislative efforts aimed at adopting distribution regulations. Soon after the raids, the Montana legislature passed a bill to completely repeal its medical marijuana law, which was later vetoed by then-Governor Schweitzer.

"It’s cases like this that make you wonder why the federal government sees fit to aggressively prosecute medical marijuana cultivators and distributors in full compliance with state law," said Kris Hermes, spokesperson with Americans for Safe Access, the country’s leading medical marijuana advocacy organization. "The Obama Administration is lying to the American people when it says it’s not targeting individual patients and these cases are clear evidence of that." Fellow Montana cultivator and medical marijuana patient Richard Flor died in August while serving out a 5-year prison sentence after being prosecuted by the Justice Department.

Several medical marijuana cultivators and distributors from Montana have been convicted and sentenced over the past few months. Richard Flor’s widow, Sherry Flor, was arrested with her husband and is now serving a 2-year prison sentence. Medical marijuana patient, cultivator and former University of Montana Grizzlies quarterback Jason Washington was convicted two weeks ago in federal court of two felonies, "conspiracy to manufacture and distribute marijuana" and "possession with intent to distribute marijuana," despite his claims to be in full compliance with state law. Because federal law does not recognize medical marijuana as such, defendants like Williams and Washington are denied a defense in federal court. Washington is facing up to 40 years in prison, and more than $10 million in fines and forfeitures.

Support for Williams began long before the Journey for Justice bus caravan set off from Los Angeles, A White House petition requesting a Presidential Pardon for Williams collected nearly 30,000 signatures last year, but the Obama Administration refused to comment on the case. The case against Williams drew the attention of Emmy Award nominated filmmaker Rebecca Richman Cohen, who is working on a documentary, "Code of the West," which covers the story of Williams and others caught up in the Obama Administration’s attacks on medical marijuana.

Far surpassing his predecessor George W. Bush, President Obama has conducted more than 200 SWAT-style raids on state-compliant medical marijuana businesses and has indicted more than 80 people since he took office. "How many medical marijuana patients is President Obama going to imprison before he considers other, more humane options," said Hermes. "The president must answer for why he’s going against his earlier pledges by spending Justice Department funds in this way."

Further information:
Support Chris Williams page: http://www.codeofthewestfilm.com
Journey for Justice page: http://the-human-solution.org/journey-for-justice
Code of the West website: http://www.codeofthewestfilm.com

# # #

Join ASA Today!sign up for our mailing list ONLINE STOREACTIVIST TRAINING CENTERPUBLICATIONS STATE BY STATE CHAPTERS & GROUPS LOCAL RESOURCES NATIONWIDE map image FOLLOW US

Americans for Safe Access • 510.251.1856 or toll-free 888.929.4367 • info@safeaccessnow.org • site map
Oakland • Los Angeles • Washington DC

voir le contenu source cannabis communité

� J�ai commenc� � consommer du cannabis � l�h�pital pour r�duire mes prises de m�dicaments car je ne supportais plus leurs effets secondaires. �

0

image ganja Club

? J?ai commenc? ? consommer du cannabis ? l?h?pital pour r?duire mes prises de m?dicaments car je ne supportais plus leurs effets secondaires. ?

polytraumatisé,cannabis thérapeutique,dépénalisation,thc,pr jean costentin,dr alain rigaudChez certaines personnes souffrant d’un handicap, d’une maladie chronique ou évolutive, le cannabis apaise les douleurs, améliore la motricité, dope l’appétit et favorise le sommeil. Témoignage de Yann*, polytraumatisé suite à un accident de moto.

« Je travaillais depuis vingt ans comme charpentier quand, il y a trois ans, j’ai eu un très grave accident de la route. J’étais à moto et je me suis fait rouler dessus par un 4×4. Je suis resté une semaine dans le coma puis un an à l’hôpital avec un traumatisme crânien, un polytrauma­tisme du bassin, des fractures, des vertèbres cassées… et j’en passe ! J’ai été très bien pris en charge et, aujourd’hui, je me déplace avec une canne.

Mais les douleurs chroniques et les séquelles neurolo­giques sont importantes avec, notamment, des troubles de la mémoire et des terreurs nocturnes, d’où une longue liste de médicaments. J’ai commencé à consommer du cannabis à l’hôpital pour réduire mes prises de médicaments car je ne supportais plus leurs effets secondaires. Je le mélangeais au yogourt, c’était plus discret. Depuis que je suis rentré chez moi, je le vaporise. C’est beaucoup plus bénéfique que le joint d’abord parce qu’on ne fume pas, ensuite parce que la combustion supprime la moitié des alcaloïdes. Or, moi, j’ai besoin de pouvoir sélectionner certains principes actifs, non le THC qui a des effets stimulants, mais plutôt ceux qui ont des effets sédatifs, relaxants et décon­tractants. Or, la machine que j’ai achetée sur Internet me permet de le faire selon la température de vaporisa­tion choisie.

Je cultive la plante chez moi et je consomme environ deux fois par jour, dans l’après-midi pour manger car j’ai perdu l’appétit et le soir, pour mieux dormir. Ce n’est pas miraculeux mais je me sens vraiment mieux sans addic­tion car, quand j’ai moins mal, j’arrête. La dépénalisation m’apporterait une chose simple : de la peur en moins car j’ai bien conscience de faire quelque chose d’illégal. » Propos recueillis par Estelle Nouel

Ce témoignage, comme cinq autres, sera publié dans le dossier “Faut-il légaliser le cannabis thérapeutique ?” de Faire Face n°718, avril 2013, après les trois articles suivants :

Cannabis thérapeutique – Handicapés et hors-la-loi

Fumer du cannabis pour aller mieux, telle est la pratique de certaines personnes en situation de handicap aujourd’hui. Quitte à se retrouver devant les tribunaux. Car le cannabis thérapeutique, parfois leur seule alternative, reste difficilement accessible en France bien que des politiques relancent régulièrement le débat.

Cannabis thérapeutique – Que retenir des essais cliniques ?

Depuis une vingtaine d’années, les recherches concernant le potentiel thérapeutique du cannabis et de ses dérivés se sont multipliées. Si les cannabinoïdes montrent une certaine efficacité dans plusieurs indications, leurs effets secondaires et risques incitent tout de même à la plus grande prudence.

Interview croisée – Le “cannabis-médicament” est-il envisageable en France ?

Le Pr Jean Costentin**, professeur de pharmacologie, président du Centre national de prévention, d’études et de recherches en toxicomanie (CNPERT) s’est toujours prononcé contre l’usage de cannabis, qu’elle qu’en soit la raison. Pour le Dr Alain Rigaud***, médecin psychiatre, président de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (Anpaa), le potentiel thérapeutique des cannabinoïdes doit pouvoir être évalué.

Le blog Faire Face vous a proposé ce témoignage en accès libre. Vous voulez lire l’intégralité du dossier “Faut-il légaliser le cannabis thérapeutique ?” ? Alors, n’hésitez pas à vous abonner ou à commander le numéro d’avril 2013 en nous contactant sur faire-face@apf.asso.fr (4,80 euros, frais d’envois compris). Photo de couverture : © Albin Millot

* Le prénom a été changé.

** Directeur de l’unité de neuropsychopharmacologie du CNRS (1984-2008), membre des Académies nationales de médecine et de pharmacie, auteur de Pourquoi il ne faut pas dépénaliser l’usage du cannabis, éditions Odile Jacob, 2012.

*** Chef de service intersecteur d’addictologie (Reims, Établissement public de santé mentale Marne).

voir le contenu source cannabis communité

La f�d�ration des Cannabis social club d�clar�e � la pr�fecture d’Indre-et-Loire

0

image ganja Club


La fédération des Cannabis social club déclarée ? la préfecture d’Indre-et-Loire



PARIS – Les statuts de la fédération des Cannabis social clubs, un mouvement prônant la dépénalisation du cannabis et l’auto-production, ont été déposés lundi à Tours, a annoncé à l’AFP un porte-parole, qui a affirmé y voir une première étape vers leur légalisation.


Les Cannabis social clubs (CSC) sont des regroupements de personnes qui cultivent du cannabis et partagent leur production entre eux. Illégaux en France, les CSC existent déjà en Belgique et en Espagne.


Dominique Broc, porte-parole du mouvement, a déposé lundi après-midi à la préfecture d’Indre-et-Loire les documents destinés à créer cette fédération sous le statut d’une association à but non lucratif. Il s’agit selon lui d’un acte de désobéissance civile, destiné à faire reconnaître légalement leur activité.


Selon la loi de 1901, la préfecture doit adresser dans les cinq jours un récépissé aux créateurs de l’association. Mais la loi précise cependant que toute association fondée sur une cause ou en vue d’un objet illicite, contraire aux lois (…) est nulle et de nul effet. Si le préfet estime que l’association ne devoit pas exister, il ne peut agir qu’après la délivrance du récépissé, pour que l’association fasse l’objet d’une dissolution administrative ou judiciaire.


Les statuts de la fédération prévoient une présidence collégiale, pour éviter que le seul président soit poursuivi.


M. Broc avait déjà été interpellé et placé en garde à vue fin février pour détention illégale de cannabis, après avoir annoncé dans la presse qu’il cultivait des plants chez lui. Il est convoqué au tribunal correctionnel de Tours le 8 avril.


Cette arrestation n’a rien changé, assure-t-il. Cette affaire, on s’en serait bien passé, mais ils nous ont ouvert une porte, on va s’en servir, a-t-il dit.


Il estime à plusieurs centaines le nombre de Cannabis social clubs qui existent déjà en France. Le 25 mars, plusieurs d’entre eux devraient à leur tour se déclarer officiellement dans des préfectures.


Ces Cannabis social clubs ne visent pas à faire du business, mais à contrecarrer les trafics et les dealers, et à mieux contrôler la qualité du cannabis, afin de protéger la santé des usagers, affirme Farid Ghehioueche, autre fondateur des Cannabis social Clubs, créateur de l’association Cannabis sans frontières et ancien candidat aux législatives dans l’Essonne sous l’étiquette Cannabis santé liberté justice.


(?AFP / 04 mars 2013 18h11)


voir le contenu source cannabis cleaner

Le Cannabis Social Club perquisitionn� : « la police s’est tromp� d’ordinateur »

0

image ganja Club

Le Cannabis Social Club perquisitionn? : « la police s’est tromp? d’ordinateur »

Comment s’est passée la perquisition de votre domicile ?

Ils sont arrivés jeudi matin un peu avant 8h. Quand j’ai vu que c’était les gendarmes, je n’étais pas surpris. Je m’attendais à ce qu’ils viennent. Tout de suite, je les ai accueillis avec le sourire, il n’y a pas eu de soucis. C’est le « vous » qui a été utilisé dans les deux sens. Donc un respect de chaque côté. Ils m’ont notifié ma garde à vue tout de suite, la minute après qui a suivi leur entrée. On a entamé la perquisition qui s’est bien passée. On a été directement dans l’espace culture. On est resté un moment là. Puis ils ont commencé à faire le tour des objets de la maison. Là, ils ont un petit peu dérapé dans la mesure où ils m’ont pris tout ce qui me concernait, tout ce qui avait une feuille de cannabis dessus, des revues, tous les journaux qui avaient traité de nous… Tout ça, c’est légal, mais ils les ont quand même saisis.

Ensuite ils se sont attaqués à mon matériel informatique, ordinateur, clés USB, même celles qui n’étaient pas à moi et que les gens avaient oubliées. Tout ça, c’est parti. Et ils ont pris des disques durs qui étaient sur mon bureau, qui n’avaient absolument rien à voir avec le cannabis. C’était personnel, avec des vidéos des enfants. Puis ils se sont attaqués aux vaporisateurs. Il y avait une table avec plein de vaporisateurs Volcano et un autre petit vapo personnel qui me servait surtout pour convertir les gens à ne plus fumer et plutôt vaporiser. Donc ça me servait aussi de prévention et de réduction des risques… A 11h, j’étais à la gendarmerie à côté de chez moi, à Montbazon. Il y a eu 4 ou 5 auditions pendant la journée. Elles se sont toutes bien passées.

voir le contenu source cannabis communité