Champigny-sur-Marne : jusqu’à 7 ans ferme dans le premier procès « shitland »

avec AFP
le 04 avril 2013 à 21h41 , mis à jour le 04 avril 2013 à 21h48. Du guetteur à la tête du réseau en passant par les « nourrices », ils étaient tous visés par la justice. Le tribunal correctionnel de Créteil a prononcé, jeudi, des peines allant de 12 mois à 7 ans ferme dans le premier procès consacré à « shitland », cet ancien supermarché du cannabis situé dans la cité des Boullereaux à Champigny-sur-Marne, dans le Val-de-Marne.

Les prévenus ayant écopé des peines les plus lourdes- de trois à sept ans ferme – n’étaient pas présents au moment de l’énoncé. Conséquence : des mandats d’arrêt ont été délivrés à leur encontre. Ces peines visent principalement quatre membres de la famille suspectée d’être au coeur du trafic. Les autres condamnés ont bénéficié de relaxe partielle pour les faits qui leur étaient reprochés. Un mis en cause a été relaxé. Aucun mandat de dépôt n’a été prononcé à l’issue de l’audience.

Les « nourrices », chargées de garder la drogue, ont toutes été condamnées à des peines de prison avec sursis entre 12 et 15 mois. Une ancienne adjointe de sécurité a elle écopé d’un an avec sursis pour avoir communiqué avec l’un des instigateurs du trafic alors qu’il était en détention. Le parquet avait requis, mercredi, des peines allant de six mois à huit ans ferme à l’encontre des 20 prévenus. Une 21e personne avait vu son cas disjoint à l’ouverture des débats la veille.

Un deuxième procès s’ouvre la semaine prochaine

Les clients venaient de toutes l’Ile-de-France, même au-delà, pour venir s’approvisionner en herbe et en résine de cannabis dans les quatre tours de la cité. Parties communes dégradées, appartements squattés, peur des représailles, contrôles permanents des allées et venues: ses habitants ont vécu sous le joug des trafiquants à la tête d’un juteux commerce, drainant 7 jours sur 7 une centaine de clients en moyenne pour un chiffre d’affaires dont la fourchette basse est estimée à 10.000 euros par jour.

Ce premier procès sera suivi d’un deuxième acte consacré aux Boullereaux, correspondant à un deuxième coup de filet policier dans le quartier. Il se tiendra du 8 au 12 avril. En tout, ce sont près d’une quarantaine de personnes qui sont poursuivies lors des deux procès, parmi lesquelles les membres d’une même famille soupçonnés d’être au coeur du trafic.

article original

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s